15e Banque du pays : CCA crée l'émulation au Cameroun

L’information confirmée par le Président du Conseil d’Administration de la désormais 15e banque camerounaise arrive comme une véritable « happy-end story ». Intention pourtant annoncée depuis presque deux années, ce sont de longs mois de procédures de mise à niveau et en conformité qui aboutissent en cette période de forte agitation concurrentielle du secteur.

L’arrivé de CCA sur ce marché, avec sa dynamique marketing et commerciale, aura certainement pour l’avenir du secteur un impact non négligeable au regard des différentes actions récemment notées dans le secteur :

  • la formalisation de la finance des acteurs du secteur informel s’est beaucoup manifestée par la stratégie de création des EMF : MC2 ( Afriland First Bank), UB Accion (Ecobank), Advans (SGC), etc.
  • l’accroissement conséquent des réseaux d’agences des différents compétiteurs du secteur, dans une logique de conquête territoriale ;  
  • le développement de produits innovants spécialement sur le segment du mobile banking;
  • la démocratisation de la carte bancaire et des paiements internationaux via les cartes visa et Master card. Etc.

CCA, représente de ce fait  un concurrent coriace quand on analyse :

  • le portefeuille clients que valorise la banque, qui est en majeur partie composé d’acteurs du secteur informel, que la banque aura accompagné, dans leur mutation vers le statut de PME /PMI.
  • la proposition de valeur identifiable et culturellement différentiée : « La finance au cœur des traditions africaines » ; et surtout adressée à une cible de base (très souvent informelle au départ) ;
  • le branding de la désormais banque commerciale, suffisamment remarquable parmi d’autres ;
  • l’offre de produits et services combinant les produits classiques de banque (compte d’épargne, compte courant, diverses formules de crédits), des produits de banque-assurance à l’instar de CCA Sante, les services de banque en ligne (C-online), le transfert d’argent national et international (en partenariat avec des opérateurs dynamiques du marché) ;
  • des propositions dédiées par segments de clientèle comme CCA Etudes, C-CASH and C-Mobile Banking. Le réseau géographique dense dont il bénéficie ; et non le non moins important capital sympathie auprès du public et de la clientèle, on peut se dire que CCA entre dans le secteur par la porte principale
  • les canaux de communication utilisée de façon inclusive (mass média et push com combinés)

Ce n’est véritablement pas un novice du management de la performance qui se pointe sur le marché, au regard de l’évolution de cette entreprise depuis sa création en Juillet 1997, et qui compte aujourd’hui plus de 400 000 clients sur un réseau de 43 agences, pour 47 points de retrait. D’ailleurs Albert KEMLA annonçait la couleur et la vision ce 20 mars : devenir la 3e banque du pays. (Confère Investir au Cameroun du 22 mars 2017).

On peut ainsi augurer des mois intenses en déploiement de stratégies marketing des différents compétiteurs présents… Bouleversements en perspective ?

 

 

CAMEROUN

 

BANQUE & MICROFINANCE

 

La BICEC s’ouvre à la digitalisation et se lance à la conquête des réseaux sociaux

Grace à la mise en place d’un vaste plan de relance, la BICEC, faisant face à une énorme fraude sur une dizaine d’années, et un coût estimé à plus 50 milliards de FCFA qui lui a valu l’ouverture d’une instruction judiciaire, a décidé de s’ouvrir au monde digital. C’est en effet le constat que l’on peut faire, au vue de son déploiement sur les réseaux sociaux, notamment les plus connus, Facebook, Tweeter, Youtube  et Linkeldn.

Pour rappel, la BICEC a réalisé un chiffre d’affaire de l’ordre de  719 milliards de francs CFA au cours de son exercice de 2016 et est classée deuxième banque camerounaise.

 

 

RENAPROV Finance SA met en circulation sa carte VISA

Dénommée la BI-CARD, elle est le fruit d’un accord de partenariat entre la micro finance RENAPROV  et  Ecobank Cameroun,  celle-ci permet entre autre le règlement de facture, transfert instantanée de l’argent, les virements de salaires, pour ne citer que ceux-là.

 

CCPC : une stratégie basée sur le genre

En mettant en place une stratégie basée sur le contact direct avec une clientèle de la classe modeste  et une ressource humaine composée en majeure partie de femmes (85%), la camerounaise de micro-crédit CCPC (CRÉDIT COOPÉRATIF PARTICIPATIF DU CAMEROUN) a pu accroitre considérablement son portefeuille de client. En effet, en quelques années d’existence, elle a pu conquérir les petits commerçants et envisage désormais de multiplier par vingt son capital

 

PERSPECTIVES

 

Les recommandations Cameroon Business Forum  pour l’amélioration du climat des affaires au Cameroun

Le Cameroon Business Forum s’est achevé  lundi 13.03.2017, avec en toile de fond des propositions sur l’amélioration du climat des affaires. C’est notamment la mise en place des tribunaux de commerce, la mise en place d’un compte séquestre dédié au remboursement des crédits de la TVA, la mise en place des points de paiement électronique.

 

 

ATIJARIWAFA BANK annonce des investissements dans le marché des capitaux au Cameroun

C’est en marge du Forum Afrique Développent, organisé par le groupe Bancaire marocain ATTIJARIWAFA, que son PDG lors d’une interview accordée à Cameroun Tribune a indiqué que par sa filiale SCB, le groupe comptait bien investir dans le développement des  marchés des capitaux au Cameroun.

 

 

REGLEMENTATION

 

COBAC : des textes inadaptés selon Paul F. Kammogne, PCA Afriland First Bank

Les textes de la COBAC  ne sont pas  adaptés au contexte de la  micro finance dans la zone CEMAC en général et au Cameroun en particulier ; c’est en effet le constat que fait  Paul Fokam Kammogne patron du Groupe Afriland First Bank, et qui selon lui verra disparaitre les EMF qui ne pourront pas se muer en EMF de deuxième catégorie, notamment à cause de l’obligation d’augmenter le capital social à 500 millions de FCFA.

CEMAC

 

Gabon : la filiale gabonaise d’Orabank sous scellée

Le  14 Mars 2017, une descente de la police, après celle du 03/03/2017, a vu les locaux de la banque gabonaise Orabank mise sous sceller et son Directeur Général temporairement interpellé. Cette descente serait consécutive à un contentieux entre la banque et l’un de ses clients, sur le refus d’accorder un prêt à ce dernier dans le cadre d’un marché.

 

AFRIQUE

 

Le mobile Banking doit connaitre une Evolution après le M-Pesa

Tandis qu’en Afrique sub-saharienne les services du Mobile Banking connaissent une croissance tout azimut, en Afrique de l’Est et au moyen orient ceux-ci sont à la   traine; c’est le constat fait par Analysys Mason, qui préconise la mutation du M-Pesa vers des services financiers mobiles de seconde génération, et non la simple reproduction d’un modèle déjà dépassé.

 

Emprunt Obligataire : La BIAT émet un emprunt de 35 millions $

Baptisé «Emprunt Subordonné BIAT 2017-1», La Banque internationale arabe de Tunisie (BIAT) vient d'émettre un emprunt obligataire d'un montant de 80 millions de dinars divisé en 800.000 obligations subordonnées, d’une valeur nominale de 100 dinars. Cet emprunt va en effet, lui permettre de renforcer ses fonds propres, ainsi que son ratio de solvabilité tel que recommandées  par les règles prudentielles de la Banque Centrale de Tunisie

 

L’assureur sud-africain SANLAM, bénéficie des bonnes performances du marocain  SAHAM Finances

En passant à 46% de part dans le capital de SAHAM Finances en Décembre 2016, le groupe sud-africain SANLAM Finance, se révèle efficace. Compte tenu des  résultats positifs, pour l’exercice 2016 par le groupe SAHAM. En effet la branche assurance, SAHAM Assurance, filiale à 57,6% de SAHAM Finance, et qui est présente dans 25 pays, majoritairement d'Afrique et du Moyen-Orient, a annoncé sur la bourse de Casablanca, avoir collecté 432 millions $. Une performance en hausse de 16,4%.

Néanmoins, hormis les opportunités qu’offrent la bonne santé financière du groupe SAHAM, il y a  l’enjeu de régulation, avec notamment la régulation CIMA sur l’augmentation du capital de chaque filiale, qui touche directement, SAHAM Assurance.

 

Ecobank Côte d’Ivoire : Proposition d’une  solution de paiement mobile

C’est à la faveur d’un protocole d’accord de partenariat entre la Banque Panafricaine et Mastercard, spécialisé dans les solutions de paiement. Ainsi, avec la « Masterpass QR Ecobank Côte d’Ivoire introduit son moyen de paiement applicable sur les terminaux ; il s’agit d’une solution rapide sécurisée et accessible qui permettra aux usagers clients de l’institution, par simple scan de code QR (Quick Responce) dans un commerce ou un e-commerce, d’effectuer tout paiement.

Tags: ,
About Us

Open since 2007, we're the first Cameroonian firm specialized in Media Research, Business Research and, especially, Competitive Business Intelligence.

We help our clients in Cameroon and in 5 other CEMAC countries to have a sound understanding of the current global environment of their business sector.

Our areas of specialization include: Finance, Media,Telecoms.

Our Services

Competitive Business Intelligence

Business Research

Media Research

Subscribe to our newsletter
Get Connected
Phone

(+237) 698 58 34 91

(+237) 677 43 10 13

Email

info@mediaintelligence.fr

Address

Yaoundé - SCB Bulding

P.O.Box:11115 Yaounde

Douala - Akwa, opposite Hotel Le NDE